Réaction à Mohamed Said Nakhli et al. à propos de l'article: "Quand le bloc axillaire reste la seule alternative chez un enfant de 5 ans". The Pan African Medical Journal. 2015;21:36
Anouar Jarraya
The Pan African Medical Journal. 2017;28:159. doi:10.11604/pamj.2017.28.159.7174

Create an account  | Log in
AFRIKA KOMMT AFRIKA KOMMT
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Reaction

Réaction à Mohamed Said Nakhli et al. à propos de l'article: "Quand le bloc axillaire reste la seule alternative chez un enfant de 5 ans". The Pan African Medical Journal. 2015;21:36

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2017;28:159. doi:10.11604/pamj.2017.28.159.7174

Received: 28/05/2015 - Accepted: 10/11/2015 - Published: 19/10/2017

Mots clés: Bloc axillaire, anesthésie générale, hépatite A, kyste hydatique

© Anouar Jarraya et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/28/159/full

Corresponding author: Anouar Jarraya, Service d’Anesthésie-Réanimation du CHU Hédi Chaker de Sfax, Tunisie (anouar_jarraya@hotmail.com)


Réaction à Mohamed Said Nakhli et al. à propos de l'article: "Quand le bloc axillaire reste la seule alternative chez un enfant de 5 ans". The Pan African Medical Journal. 2015;21:36

Reaction to Mohamed Said Nakhli et al. concerning the article: "When the axillary block remains the only alternative in a 5 year old child". The Pan African Medical Journal. 2015;21:36

Anouar Jarraya1,&

 

1Service d’Anesthésie-Réanimation du CHU Hédi Chaker de Sfax, Tunisie

 

 

&Auteur correspondant
Anouar Jarraya, Service d’Anesthésie-Réanimation du CHU Hédi Chaker de Sfax, Tunisie

 

 

Résumé

Le bloc axillaire chez l'enfant est une technique facile et recommandée chez l'enfant. Sa réalisation chez un enfant présentant une hépatite A aigue n'est pas démunie de risques surtout lorsqu'il est associé à une sédation au propofol avec du remifentanil. De même, la présence d'un kyste hydatique unique laisse la possibilité de l'anesthésie générale avec ventilation uni pulmonaire.


English abstract

Axillary block is an easy and recommended technique in children. Its use in children with acute hepatitis A is not risk free especially when associated with sedation using remifentanil and propofol. Similarly, the presence of a single hydatid cyst allows general anesthesia with mono-pulmonary ventilation.

Key words: Axillary block, general anesthesia, hepatitis A, hydatid cyst

 

 

Réaction    Down

Je vous envoie cette lettre afin d'ouvrir le débat sur l'anesthésie locorégionale chez l'enfant et en particulier lorsque l'anesthésie générale est à risque suite à une publication précédente dans votre journal intitulée "Quand le bloc axillaire reste la seule alternative chez un enfant de 5 ans" par Mohamed Said Nakhli et al. [1]. Ce cas, présentant une hépatite A aigue avec un taux de prothrombine bas, a été considéré comme une contre indication à l'anesthésie générale alors que il existe des revues de la littérature qui ont montré que le risque de réduction du débit sanguin hépatique est de 30 à 50% quelque soit la technique anesthésique utilisée (générale ou locorégionale) [2]. Je rappelle que la préparation du matériel nécessaire pour une anesthésie générale fait partie des règles de sécurité lors d'une anesthésie locorégionalevu le risque de conversion [3]. Il me parait aussi que c'est un peu contradictoire de dire que le bloc axillaire reste la seule alternative anesthésique alors qu' une sédation au propofol-Remifentanil a été associée exposant au risque d'apnée et au recours à la ventilation mécanique [4]. En plus, le recours à un bloc axillaire est très fréquent en pédiatrie et c'est un bloc facile à réaliser et sa réalisation ne présente aucune originalité [5]. Cependant, il existe des publications à propos de blocs inhabituels chez l'enfant comme le bloc interscalénique [6] ou infra-claviculaire [7]. En outre, il me parait plus raisonnable d'utiliser la ropivacaïne 0,5% au lieu de la lidocaïne 1% [8]. Par ailleurs, le kyste hydatique du poumon de notre patient a été considéré comme à haut risque de fissuration proscrivant la ventilation mécanique alors qu'il s'agit d'un seul kyste, non compliqué, touchant un seul poumon laissant la possibilité de ventilation uni pulmonaire [9]. Je souhaitesavoir les dimensions de ce kyste ainsi que les critères de gravité exposant à la fissuration et je souhaite avoir une réponse sur votre stratégie de gestion de ce patient s'il a fait une apnée sous propofol-Remifentanil? Il me parait donc que le recours à l'anesthésie générale est inévitable dans ce cas et que le bloc axillaire n'est plus la seule alternative.

 

Conclusion: le bloc axillaire chez l'enfant est une technique largement utilisée en pédiatrie et permet une réduction de la consommation de morphiniques et une amélioration de l'analgésie [3]. Son utilisation chez un malade présentant des risques pour une anesthésie générale est recommandée mais n'est jamais la seule alternative et ne peut en aucun cas éliminer la possibilité d'une anesthésie générale.

 

 

Conflits d’intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Références Up    Down

  1. Mohamed Said Nakhli, NawelBéjaoui, WalidNaija, Salah Mhamdi, Rachid Said. Quand le bloc axillaire reste la seule alternative chez un enfant de 5 ans. The Pan African Medical Journal. 2015;21:36. Google Scholar

  2. Anila D Malde. Viral hepatitis and anaesthesiologist. Indian J Anaesth. 2004; 48 (4) : 264-275. Google Scholar

  3. Bertini L1, Savoia G, De Nicola A, Ivani G, Gravino E, Albani A et al. SIAARTI guidelines for safety in locoregional anaesthesia. Minerva Anestesiol. 2006;72(9):689-722. Google Scholar

  4. Tobias JD. Brachial plexus anaesthesia in children. Paediatr Anaesth. 2001; 11 : 265-75. PubMed | Google Scholar

  5. Baruch Krauss and Steven M Green. Sedation and Analgesia for Procedures in Children. N Engl J Med. 2000; 342:938-945. Google Scholar

  6. Joon-Ho Lee, Young-Rok Kim, Ho-Kyung Yu an. Ultrasound-guided interscalene brachial plexus block in a pediatric patient with acute hepatitis. Korean J Anesthesiol. 2012;62(6):568-570. PubMed | Google Scholar

  7. Fleischmann E, Marhofer P, Greher M, Waltl B, Sitzwohl C, Kapral S. Brachial plexus anaesthesia in children: lateral infraclavicular vs axillary approach. Paediatr Anaesth. 2003;13(2):103-8. PubMed | Google Scholar

  8. Felfernig M, Marhofer P, Weintraud M, Huber G, Duma A, Nosa A et al. Use of ropivacaine and lidocaine for axillary plexus blockade. Afr J Paediatr Surg. 2010;7(2):101-4. PubMed | Google Scholar

  9. Bajwa SJ, Panda A, Bajwa SK, Kaur J, Singh A. Anesthetic challenges in the simultaneous management of pulmonary and hepatic hydatid cyst. Anesth Essays Res. 2011;5(1):105-8. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 31 (September - December 2018)

Article tools

This article authors

On Pubmed
On Google Scholar

Keywords

Bloc axillaire
Anesthésie générale
Hépatite A
Kyste hydatique

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics
PAMJ Authors services
Next abstract

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2018 - Pan African Medical Journal. All rights reserved