Association maladie cœliaque et tuberculose multifocale: à propos d’un cas avec revue de la littérature
Khadija Sarghini, Sofia Oubaha, Zouhour Samlani, Khadija Krati
The Pan African Medical Journal. 2017;27:214. doi:10.11604/pamj.2017.27.214.12847

Create an account  |  Sign in
Healthcare India 2017 Supplement 2 Supplement
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case report

Association maladie cœliaque et tuberculose multifocale: à propos d’un cas avec revue de la littérature

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2017;27:214. doi:10.11604/pamj.2017.27.214.12847

Received: 24/05/2017 - Accepted: 07/07/2017 - Published: 20/07/2017

Mots clés: Maladie cœliaque, tuberculose, association, augmentation du risque

© Khadija Sarghini et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/27/214/full

Corresponding author: Khadija Sarghini, Service de Gastroentérologie, Centre Hospitalier Universitaire Mohamed VI de Marrakech, Marrakech, Maroc (drkhadija50@gmail.com)


Association maladie cœliaque et tuberculose multifocale: à propos d’un cas avec revue de la littérature

Relationship between coeliac disease and multifocal tuberculosis: about a case and literature review

Khadija Sarghini1,&, Sofia Oubaha2, Zouhour Samlani1, Khadija Krati1

 

1Service de Gastroentérologie, Centre Hospitalier Universitaire Mohamed VI de Marrakech, Marrakech, Maroc, 2Laboratoire de Physiologie, Faculté de Médecine et de Pharmacie de Marrakech, Marrakech, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Khadija Sarghini, Service de Gastroentérologie, Centre Hospitalier Universitaire Mohamed VI de Marrakech, Marrakech, Maroc

 

 

Résumé

La maladie cœliaque est une entéropathie auto-immune liée à l'intolérance au Gluten qui survient sur un terrain génétiquement prédisposé. Le diagnostic repose sur la combinaison d'arguments cliniques, biologiques et histologiques. Elle est associée à de nombreuses complications, notamment le lymphome. Le risque de tuberculose chez les patients cœliaques est augmenté. Plusieurs hypothèses expliquant cette association ont été discutées. Nous rapportons un cas de maladie cœliaque associée à la tuberculose multifocale chez une patiente âgée de 17 ans.


English abstract

Coeliac disease is an autoimmune enteropathy related to gluten intolerance which occurs in subjects genetically disposed. The diagnosis is based on the combination of clinical biological and histological arguments. It is associated with many complications, including lymphoma. The risk of tuberculosis in patients with coeliac disease is increased. Several hypotheses explaining this association have been discussed. We report a case of coeliac disease associated with multifocal tuberculosis in a 17-year old patient.

Key words: Coeliac disease, tuberculosis, association, increased risk

 

 

Introduction    Down

La maladie cœliaque est une maladie dysimmunitaire systémique, liée à l'intolérance au Gluten, survenant chez des sujets génétiquement prédisposés, et caractérisée par la combinaison variable de manifestations cliniques diverses, d'anticorps spécifiques et d'une entéropathie chez les personnes ayant le phénotype HLA DQ2 ou DQ8 [1]. Elle est souvent caractérisée par la dénutrition et liée à un certain nombre de complications, comme le lymphome [2]. La tuberculose reste un problème de santé publique dans notre contexte [3], favorisé par plusieurs facteurs dont la dénutrition. Plusieurs études et cas cliniques ont rapporté cette association entre la maladie cœliaque et la tuberculose [4]. Son risque est augmenté chez les cœliaques. Nous rapportons un cas de maladie cœliaque associée à la tuberculose multifocale chez une patiente âgée de 17 ans.

 

 

Patient et observation Up    Down

Il s'agit d'une patiente âgée de 17 ans, sans antécédents pathologiques particuliers, admise pour bilan d'ascite associée à des douleurs de la fosse iliaque droite et une aménorrhée secondaire évoluant dans un contexte d'altération de l'état général. L'examen clinique a objectivé des adénopathies cervicales et des signes de dénutrition. Le bilan a mis en évidence une ascite riche en protide avec un taux d'adénosine désaminase dans le liquide d'ascite à 40 U/l. L'échographie abdominale a retrouvé un épaississement du carrefour iléocæcal associé à une infiltration de la graisse mésentérique et des coulées d'adénopathies profondes. Le bilan de tuberculose a montré une intradermo réaction à la tuberculine négative, des BK crachats négatifs et à la radiographie du thorax un aspect d'élargissement médiastinal et de scissurite. Le bilan biologique a objectivé des signes de malabsorption, le bilan endoscopique a mis en évidence une pangastrite érythémateuse à l'endoscopie digestive haute avec réalisation de biopsie duodénale et un aspect pseudopolypoide ulcéré et rétracté de la région iléo caecale à la coloscopie. La TDM thoraco abdominale (Figure 1) a révélé des adénopathies médiastinales intra-et rétro-péritonéales avec une atteinte broncho pulmonaire, un épanchement pleural minime et péritonéal avec un épaississement iléo caecal. Le tableau clinique plaidait en faveur de tuberculose multifocale pleurale, pulmonaire, ganglionnaire, iléo-caecale et péritonéale, et c'est la biopsie des ganglions cervicaux qui a permis de confirmer le diagnostic en montrant une tuberculose caséofolliculaire, avec une sérologie HIV négative. Alors que la biopsie duodénale était en faveur d'une maladie cœliaque sous jacente en montrant une atrophie villositaire stade 3. La patiente fut mise sous régime sans gluten associé au traitement anti bacillaire. L'évolution était marquée par l'amélioration clinique, biologique et morphologique.

 

 

Discussion Up    Down

La prévalence de la maladie cœliaque se situe entre 1/2500 et 1/3 000 pour les formes symptomatiques classiques, mais la majorité des formes sont silencieuses, ont une symptomatologie atypique et sont souvent méconnues [5]. Dans les pays occidentaux, la prévalence se situe entre 0.7 et 2% dans la population générale [5]. La fréquence varie selon l'origine ethnique, des incidences proches de celles de l'Europe ou des États-Unis sont notées en Afrique du Nord, au Moyen-Orient ou en Inde. En revanche, la maladie cœliaque est quasiment inconnue en Asie du Sud Est et en Afrique noire. Son tableau clinique est polymorphe. Elle est progressivement passée du statut de maladie digestive rare du nourrisson à celui de maladie systémique fréquente touchant tous les âges de la vie. C'est une entéropathie chronique avec atrophie villositaire secondaire à une réponse immunitaire inappropriée de la muqueuse intestinale à la gliadine du blé, de l'orge et du seigle. Ce dernier n'est toxique que chez des sujets génétiquement prédisposés [6]. Les séquences peptidiques toxiques de la gliadine sont relativement résistantes aux capacités enzymatiques digestives et peuvent parvenir intactes au contact de la muqueuse intestinale. Ces fragments sont alors absorbés par l'épithélium et arrivent dans le chorion au contact de la transglutaminase tissulaire dont ils sont des substrats de par leur richesse en glutamine. La transglutaminase transforme par désamidation, les glutamines chargées positivement en résidus d'acides glutamiques, chargés négativement. Ceci permet alors leur liaison aux poches à peptides, chargées positivement, des molécules HLA DQ2 ou DQ8 qui sont situées à la surface des cellules présentatrices d'antigènes. Ces peptides désamidés sont reconnus par les lymphocytes T CD4+ intestinaux qui produisent alors des cytokines comme l'interféron, l'IL 4 et le TNF, responsables des lésions d'inflammation et d'atrophie villositaire [7]. La tuberculose reste à nos jours un problème de santé publique dans les pays en voie de développement et notamment dans le Maroc [3]. Les mouvements migratoires, l'utilisation de plus en plus fréquente de thérapeutiques immunosuppressives et l'infection par le virus D'immunodéficience humaine (VIH) sont responsables de la recrudescence de la tuberculose dans les pays industrialisés. Environ un tiers de la population mondiale est infecté par Mycobacterium tuberculosis, mais la tuberculose active se produit chez 5 à 10% des personnes exposées [8].

 

La localisation pulmonaire est la plus fréquente. Le premier lien entre maladie cœliaque et tuberculose a été suggéré par Williams en 1952 [9]. Par la suite, plusieurs cas cliniques et études ont conforté cette association [10]. Dans une étude britannique, six des 76 patients adultes atteints de maladie cœliaque ont rapporté une histoire de tuberculose et sept autres avaient des preuves radiologiques de la tuberculose [11]. Cependant, la plupart des recherches se limitent à des petites séries et des rapports de cas. En 2007, le groupe de recherche de Ludvigsson et al a étudié le risque de tuberculose chez 14 335 personnes atteintes de maladie cœliaque dans une étude de cohorte suédoise, et a constaté que ces patients cœliaques ont un risque élevé, plus de 4 fois que la population générale, de développer la tuberculose [12 ]. Cette étude avait beaucoup de limites [12], ce qui a poussé ce même groupe a mené une autre étude en 2010. Cette fois-ci, ils ont conclu à un risque de tuberculose à 2(HR = 2.0) et le risque absolu était de 10/100 000 années-personnes [13]. Plusieurs hypothèses expliquant cette association ont été discutées. On a montré que la vitamine D induit la synthèse de monoxyde d'azotes au niveau des macrophages, entraînant la destruction de M. tuberculosis [14]. La maladie cœliaque peut entraîner une mauvaise absorption de la vitamine D et son faible taux sérique est associé à un risque augmenté de tuberculose active, comme le montre une méta-analyse récente d'études antérieures [15]. D'autres mécanismes ont été récemment élucidés, y compis le rôle de la vitamine D avec IL-15 pour méditer l´effet de stimulation induite par les agents pathogènes et la reconnaissance du Récepteur TLR2 pour induire l'expression de l'antimicrobien dans les macrophages [16]. Une fréquence augmentée de CD25+ et des cellules T régulatrices a été décrite chez les patients cœliaques [17]. L'augmentation de la fréquence des cellules T reg atténue la réponse des cellules T effectrices nécessaire pour combattre M. tuberculosis avec un risque plus élevé à développer la tuberculose patente [18]. L'intérêt de ces cellules dans ce sens est en cours d'étude [19]. La maladie cœliaque est une situation d'inflammation chronique, associée à une augmentation concomitante de l'expression de CTLA-4 et PD-1 sur les cellules immunitaires, entrainant une baisse de la réponse des cellules Th17 and Th1; et donc responsable d'une diminution de la réponse immunitaire. Cette situation facilite l'infection par M.tuberculosis vue la baisse de la réponse immunitaire, notamment Th1 [20].

 

 

Conclusion Up    Down

Selon les données de littérature, la maladie cœliaque augmente le risque de tuberculose, ce qui peut retarder le diagnostic si elle est révélatrice d'où l'intérêt des biopsies duodénales au moindre doute.

 

 

Conflits d’intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont contribué à la prise en charge de la patiente et à la rédaction du manuscrit.

 

 

Figure Up    Down

Figure 1: TDM thoraco abdominale montrant des adénopathies médiastinales, intra-et rétro-péritonéales avec atteinte broncho pulmonaire, un épanchement pleural minime et péritonéal avec un épaississement iléo caecal

 

 

Références Up    Down

  1. Husby S, Koletzko S, Korponay-Szabo IR, Mearin ML, Phillips A, Shamir R et al. European society for pediatric gastroenterology, hepatology and nutrition guidelines for the diagnosis of coeliac disease. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2012 Jan; 54(1): 136-160. PubMed | Google Scholar

  2. Askling J, Linet M, Gridley G et al. Cancer incidence in a population-based cohort of individuals hospitalized with celiac disease or dermatitis herpetiformis. Gastroenterology. 2002 Aug; 123(5): 1428-1435. PubMed | Google Scholar

  3. Robaday S, Belizna C, Kerleau JM, Héron F, Cailleux N, Lecomte et al. La tuberculose péritonéale: une entité toujours présente a propos de 4 observations. Rev Med interne. 2005 Janv; 26: 738-743. Google Scholar

  4. Peters U, Askling J, Gridley G, Ekbom A, Linet M. Causes of death in patients with celiac disease in a population-based Swedish cohort. Arch Intern Med. 2003 July; 163(13): 1566-1572. PubMed | Google Scholar

  5. Dube C, Rostom A, Sy R, Cranney A, Saloojee N, Garrity C et al. The prevalence of celiac disease in averagerisk and at-risk western European populations: a systematic review. Gastroentrerology. 2005 April; 128 (4): S57-S67. PubMed | Google Scholar

  6. Green PH, Cellier C. Celiac Disease. N Engl J Med. 2007 May; 357(17): 1731-43. PubMed | Google Scholar

  7. Di Sabatino A, Vanoli A, Giuffrida P, Luinetti O, Solcia E, Corazza GR. The function of tissue transglutaminase in celiac disease. Autoimmun Rev. 2012 Aug; 11 (10): 746-53. PubMed | Google Scholar

  8. Van Crevel R, Ottenhoff TH, Van der Meer JW. Innate immunity to mycobacterium tuberculosis. Clin Microbiol Rev. 2002 Apr; 15(2): 294-309. PubMed | Google Scholar

  9. Williams H. Celiac syndrome due to tuberculous enteritis. Med J Aust. 1952 Sep; 2(11): 388-9. PubMed | Google Scholar

  10. Hindle W, Creamer B. Significance of a flat small-intestinal mucosa. BMJ. 1965 Aug; 2(5459): 458-459. PubMed | Google Scholar

  11. Williams AJ, Asquith P, Stableforth DE. Susceptibility to tuberculosis in patients with coeliac disease. Tubercle. 1988; 69(8): 267-74. PubMed | Google Scholar

  12. Ludvigsson JF, Wahlstrom J, Grunewald J, Ekbom A, Montgomery SM. Coeliac disease and risk of tuberculosis: a population based cohort study. Thorax. 2007 Jan; 62(1): 23-28. PubMed | Google Scholar

  13. Ludvigsson JF, Sanders DS, Maeurer M, Jonsson J, Grunewald J, Wahlstro M. Risk of tuberculosis in a large sample of patients with celiac disease-a nationwide cohort study. Aliment Pharmacol Ther. 2011 Mar; 33(6): 689-696. Google Scholar

  14. Rockett KA, Brookes R, Udalova I, Vidal V, Hill AV, Kwiatkowski D. 1.25-Dihydroxyvitamin D3 induces nitric oxide synthase and suppresses growth of mycobacterium tuberculosis in a human macrophage-like cell line. Infect Immun. 1998 Nov; 66(11): 5314-21. PubMed | Google Scholar

  15. Nnoaham KE, Clarke A. Low serum vitamin D levels and tuberculosis: a systematic review and meta-analysis. Int J Epidemiol. 2008 Feb; 37(1): 113-9. PubMed | Google Scholar

  16. Krutzik SR, Hewison M, Liu PT et al. IL-15 links TLR2/1-induced macrophage differentiation to the vitamin D-dependent. Antimicrobial pathway. 2008 Nov; 181(10): 7115-7120. PubMed | Google Scholar

  17. Frisullo G, Nociti V, Iorio R et al. Increased CD4+ CD25+ Foxp3+ T cells in peripheral blood of celiac disease patients: correlation with dietary treatment. Hum Immunol. 2009 Jun; 70(6): 430-5. PubMed | Google Scholar

  18. Chen X, Zhou B, Li M et al. (2007) CD4(+) CD25(+)FoxP3(+) regulatory T cells suppress mycobacterium tuberculosis immunity in patients with active disease. Clin Immunol. 2007 Apr; 123(1): 50-9. Google Scholar

  19. Voo KS, Wang YH, Santori FR et al. Identification of IL-17-producing FOXP3+ regulatory T cells in humans. Proc Natl Acad Sci USA. 2009 Mar 24; 106(12): 4793-8. PubMed | Google Scholar

  20. Babu S, Bhat SQ, Kumar NP et al. Human type 1 and 17 responses in latent tuberculosis are modulated by coincident filarial infection through cytotoxic T lymphocyte antigen-4 and programmed death-1. J Infect Dis. 2009 Jul 15; 200(2): 288-298. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 28 (September - December 2017)

Article tools

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics
Next abstract

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved