Granulome conjonctival suite à un traumatisme par épine végétale négligé: à propos d’un cas
Taha Elghazi, Amine Eljai1, Maryama Elkaddoumi, Omar Lazrek, Sofia Hassani saoudi, Taib Belkbir, Abdellah Amazouzi, Lalla Ouafae Cherkaoui, Rajae Daoudi
The Pan African Medical Journal. 2016;25:8. doi:10.11604/pamj.2016.25.8.10477

Create an account  |  Sign in
African Case Studies Case studies in Public health
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case report

Granulome conjonctival suite à un traumatisme par épine végétale négligé: à propos d’un cas

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2016;25:8. doi:10.11604/pamj.2016.25.8.10477

Received: 04/08/2016 - Accepted: 24/08/2016 - Published: 16/09/2016

Mots clés: Granulome conjonctival, épine végétale, traumatisme pénétrant

© Taha Elghazi et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/25/8/full

Corresponding author: Taha Elghazi, Université Mohammed V Souissi, Service d’Ophtalmologie A de l’Hôpital des Spécialités, Centre Hospitalier Universitaire, Rabat, Maroc (elghazi-taha@hotmail.com)


Granulome conjonctival suite à un traumatisme par épine végétale négligé: à propos d’un cas

Conjunctival granuloma following neglected thorn injury: about a case

Taha Elghazi1,&, Amine Eljai11, Maryama Elkaddoumi1, Omar Lazrek1, Sofia Hassani saoudi1, Taib Belkbir1, Abdellah Amazouzi1, Lalla Ouafae Cherkaoui1, Rajae Daoudi1

 

1Université Mohammed V Souissi, Service d’Ophtalmologie A de l’Hôpital des Spécialités, Centre Hospitalier Universitaire, Rabat, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Taha Elghazi, Université Mohammed V Souissi, Service d’Ophtalmologie A de l’Hôpital des Spécialités, Centre Hospitalier Universitaire, Rabat, Maroc

 

 

Résumé

Il est parfois difficile de détecter un corps étranger végétal intraoculaire, principalement dans les cas où l'histoire du traumatisme oculaire n'est pas claire, ou chez les patients qui consultent plusieurs mois après le traumatisme. Nous rapportons un cas rare d'un enfant de 7 ans qui s'est auto traumatisé au niveau de l'œil gauche par une épine végétale de cactus, 3 mois avant son admission, ce qui a entraîné un granulome conjonctival temporal supérieur avec réaction inflammatoire du segment antérieur. L'exploration chirurgicale a été réalisée permettant l'extraction de l'épine avec une exérèse totale du granulome. Une légère amélioration clinique et de l'acuité visuelle a été notée puis le globe oculaire a évolué vers la phtyse quelque mois après l'extraction.


English abstract

It is sometimes difficult to detect a plant intraocular foreign body, mostly in cases where the history of ocular trauma is unclear, or in patients who consult several months after the trauma. We report a rare case of a 7 year old child with self inflicted trauma of the the left eye by a cactus thorn 3 months before admission, which resulted in a temporal conjunctival granuloma with higher inflammatory reaction of the anterior segment. Surgical exploration was performed allowing the extraction of the thorn with total excision of the granuloma. A slight clinical improvement in visual acuity was observed, but the eyeball secondarily atrophied few months after extraction.

Key words: Conjunctival granuloma,thorn, penetrating trauma

 

 

Introduction    Down

Les granulomes conjonctivaux sont des entités rares qui peuvent survenir dans des contextes diverses, post-chirurgicale, infectieuses ou à corps étrangers (CE). Ces derniers peuvent avoir une origine post-traumatique ou spontanément sans que le patient ait la notion d'exposition ou de pénétration de corps étranger [1]. Le pronostic fonctionnel de l'œil peut être mis en jeu par ces corps étrangers végétaux intraoculaires et entraîner des complications potentiellement graves [2]. Nous rapportons ici un cas inhabituel d'un enfant de sept ans qui a développé un granulome conjonctival à corps étranger au niveau de l'œil gauche suite à un traumatisme par épine de cactus qui est resté négligé pendant 3mois.

 

 

Patient et observation Up    Down

Il s'agit d'un enfant de 7ans qui a comme antécédents une notion de traumatisme oculaire par épine végétale de cactus 3 mois avant son admission. Il a été amené aux urgences ophtalmologiques suite à la découverte fortuite par les parents d'une excroissance au niveau de la conjonctive bulbaire en temporal supérieur de l'œil gauche. L'examen ophtalmologique trouve une acuité visuelle à mouvement des doigts au niveau de l'œil gauche et à 10/10 à l'œil droit. L'examen des annexes note un léger œdème palpébral avec hyperhémie conjonctivale surtout temporale et la découverte lors du regard en adduction d'une tuméfaction conjonctivale blanchâtre irrégulière en temporal supérieur de 5mm*5mm*2mm de taille entourée d'une réaction inflammatoire (Figure 1). La cornée est claire. L'examen du segment antérieur montre une chambre antérieure réduite de profondeur, une sécclusion pupillaire, un iris bombé et une membrane de fibrine tapissant l'iris en supérieur. Le cristallin note une cataracte totale blanche (Figure 2). Le fond d'œil est inaccessible. L'examen de l'œil droit est normal. Un bilan radiologique fait de TDM orbitaire (Figure 3) et d'échographie oculaire (Figure 4) a été demandé en urgence. L'exploration chirurgicale a permis l'extraction du corps étranger (épine végétale de cactus mesurant 10mm) avec exérèse du granulome conjonctival adressé pour examen anatomo-pathologique (Figure 5). L'évolution a été marquée par une légère amélioration de l'acuité visuelle passant de voit bouger les mains à compte les doigts à 50cm avec diminution de la réaction inflammatoire de la chambre antérieure et le bombement de l'iris puis le globe oculaire a évolué vers la phtyse vu l'ancienneté du traumatisme. L'examen anatomopathologique a mis en évidence un foyer granulomateux nodulaire recouvert par l'épithélium conjonctival. Ce granulome est composé de cellules macrophagiques, de cellules géantes et d'autres cellules de l'inflammation chronique comme les lymphocytes.

 

 

Discussion Up    Down

Les traumatismes oculaires représentent un véritable problème de santé publique. Selon une étude réalisée au Maroc en 1992 et intéressant toute la population (adultes et enfants), les traumatismes sont responsables de 1.3% des cécités bilatérales et 14% des pertes de vision unilatérale [3]. Les agressions sont responsables de 18 % des corps étrangers (CE) intraoculaires. Il faut souligner que 16 % des plaies oculaires de l'enfant sont induites par un CE, le plus souvent lors d'activité de jeux ou par projections diverses [4]. Par ailleurs, devant tout traumatisme oculaire, un corps étranger (CE) doit être suspecté, quelle que soit sa localisation dans l'œil. Différents caractéristiques doivent être déterminées pour comprendre sa position, les risques encourus et définir la conduite à tenir thérapeutique : sa nature, son origine avec sa taille, sa forme, son énergie, sa température, sa trajectoire probable et le risque de contamination microbienne [5]. La tomodensitométrie et l'échographie oculaire sont les examens à réaliser en première intention mais ils peuvent être faussement négatifs : en particulier, l'hypodensité du corps étranger en bois à la tomodensitométrie peut être confondu avec de l'air [6]. L'IRM peut être utile dans un contexte de traumatisme quand un corps étranger végétal est suspecté notamment si les autres examens sont négatifs [7]. Les granulomes conjonctivaux peuvent survenir dans différents contextes pathologiques (post-traumatique et infectieux) ou spontanément. Les granulomes conjonctivaux à corps étranger ont été décrits pour la première fois en 1861 par Schön sous le terme de « conjonctivite nodulaire », en réaction à l'exposition aux poils de chenille [1]. De nombreux corps étrangers ont été rapportés depuis : cils, cheveux, fibres textiles naturelles ou synthétiques [8].

En effet, dans une étude réalisée sur des prélèvements post-mortem chez des adultes, Saer et al. ont évalué la prévalence des granulomes conjonctivaux à corps étranger à 10 % environ [9]. Ce type de réaction à corps étranger peut être soit symptomatique, s'il existe une réaction inflammatoire locale marquée depuis plusieurs semaines à plusieurs mois [1,10]. Certains auteurs expliquent la faible réaction inflammatoire dans certains cas par l'absence de surface très irritante au niveau du corps étranger et par l'inclusion de celui-ci dans le mucus, diminuant d'autant plus son pouvoir agressif [11]. Ceci peut expliquer le retard de consultation chez notre patient vu son âge très jeune et la localisation du corps étranger par rapport au limbe. Du fait de leur présentation clinique variable et aspécifique sous la forme d'une tuméfaction conjonctivale plus ou moins inflammatoire, les diagnostics différentiels sont nombreux (granulome pyogénique, conjonctivite nodulaire, conjonctivite ligneuse, sarcoïdose, dermolipome et rhabdomyosarcome) [11]. Il faut insister sur le risque de survenue d'une endophtalmie post traumatique qui peut s'élever à environ 30% des patients dans les suites d'un traumatisme à globe ouvert surtout négligé. Les principaux facteurs de risque sont la présence d'un corps étranger, l'ouverture de la cristalloïde, la pénétration intraoculaire d'un objet souillé et, par conséquent, la survenue de traumatisme en milieu rural comme le cas de notre patient. La fréquence de survenue d'une infection en présence d'un CE intraoculaire (CEIO) varie entre 10 et 25% des cas selon les études [5]. L'endophtalmie post traumatique diffère de l'endophtalmie post opératoire tant sur le plan du spectre microbien que du pronostic fonctionnel. Le pronostic visuel peut être plus sombre par une prise en charge retardée. Il est de plus fonction de la nature du traumatisme et des lésions induites, ainsi que de l'agent infectieux en cause. Un prélèvement endoculaire d'humeur aqueuse et de vitré pour examen microbiologique (culture et polymerase chain reaction [PCR]) doit être réalisé suivies d'injections intravitréene d'antibiotiques à large spectre plus ou moins d'antifongiques [5,12]. Une antibiothérapie à large spectre doit être instituée systématiquement après les traumatismes pénétrants par objets en bois [13]. La prise en charge chirurgicale doit être confiée à des équipes spécialisées car le risque chirurgical n'est pas négligeable. La voie d'abord chirurgicale dépend de la localisation du corps étranger, guidée par l'imagerie [13,14].

 

 

Conclusion Up    Down

Du fait de leur présentation clinique inhabituel comme l'aspect particulier chez notre patient, les granulomes conjonctivaux à corps étrangers restent très probablement sous-estimés. Il est toujours important de déterminer l'existence ou non d'un CE intraoculaire et ceci par un interrogatoire attentif. L'examen minutieux à la lampe à fente et les examens complémentaires sont indispensables pour affirmer sa présence afin de ne pas retarder la prise en charge et de prévenir la survenue de complications qui peuvent compromettre le pronostic visuel.

 

 

Conflits d’intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Taha Elghazi et amine eljai: suivi du patient, recherche bibliographique et réalisation du manuscrit. Maryama Elkaddoumi, Omar Lazrek, Sofia Hassani saoudi, Taib Belkbir: suivi du patient et relecture du manuscrit. Abdellah Amazouzi, Lalla Ouafae Cherkaoui et Rajae Daoudi ont participé à la révision critique du contenu intellectuel du document et ont donné l´approbation finale de la version à publier. Tous les auteurs ont lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Figures Up    Down

Figure 1: A) granulome conjonctival; B) sa localisation par rapport au limbe

Figure 2: segment antérieur montrant la chambre réduite, la sécclusion pupillaire et la membrane de fibrine tapissant l’iris en supérieur

Figure 3: coupe scannographique axiale montrant l’épine végétale associée au granulome conjonctival

Figure 4 : échographie oculaire montrant l’épine végétale entourée de granulome conjonctival

Figure 5 : A) épine végétale après extraction chirurgicale; B) le granulome conjonctival adressé pour examen anatomopathologique

 

 

Références Up    Down

  1. Batta B, Robin A, George JL, Angioi K. « Teddy bear granuloma », une pathologie rare : à propos du cas d'un enfant de trois ans. Journal français d'ophtalmologie. 2012; 35(2): 117-120. PubMed | Google Scholar

  2. Prazeresa S, Jacometa PV, Galatoire O, Lafitteb F, Heranb F, Boissonetc H, Moraxa S. Diagnostic et prise en charge des corps étrangers végétaux intra-orbitaires. Journal français d'ophtalmologie. 2009; 32(1): 8-15. PubMed | Google Scholar

  3. Khalki H . LES TRAUMATISMES OCULAIRES (A propos de 408 cas). Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, Faculté de médecine et de pharmacie, Fès, Maroc. 2010; 6. PubMed | Google Scholar

  4. Shingleton BJ, Hersh BS, Kenyon KR, Topping TM, Woog JJ. Eye trauma. Mosby year Book, St Louis. 1991;427p. Google Scholar

  5. Burillon C, Cornut P L, Manificat J. Traumatisme du segment antérieur de l'œil. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris) Ophtalmologie. 2008; 21(700):A-10. PubMed | Google Scholar

  6. Myllyla V, Pyhtinen J, Paivansalo M, Tervonen O, Koskela P. CT detection and location of intraorbital foreign bodies: Experiments with wood and glass. Rofo. 1987; 146(6): 639-43. PubMed | Google Scholar

  7. Green BF, Kraft SP, Carter KD, Buncic JR, Nerad JA, Armstrong D. Intraorbital wood: Detection by magnetic resonance imaging. Ophthalmology. 1990 May;97(5):608-11. PubMed | Google Scholar

  8. Ainbinder DJ, O'Neill KP, Yagei A, Karcioglu ZA. Conjunctival mass formation with unexpected foreign body. J Pediatr Ophthalmol Strabismus. 1991;28(3):176-7. PubMed | Google Scholar

  9. Saer JB, Karcioglu GL, Karcioglu ZA. Incidence of granulomatous lesions in post-mortem conjonctival biopsy specimens. Am J Ophthalmol. 1987;104(6):605-6. PubMed | Google Scholar

  10. Enzenauer RW, Speers WC. Teddy bear granuloma of the conjunctiva. J Pediatr Ophthalmol Strabismus. 2002;39(1):46-8. PubMed | Google Scholar

  11. Schmack I, Kang SJ, Grossniklaus HE, Lambert SR. Conjunctival granulomas caused by synthetic fibers: report of two cases and review of literature. J AAPOS. 2005;9(6):567-71. PubMed | Google Scholar

  12. Kresloff M S, Castellarin A A, Zarbin M A. Endophtalmitis. Surv Ophtalmol. 1998 Nov-Dec;43(3):193-224. PubMed | Google Scholar

  13. Mutlukan E, Fleck BW, Cullen JF, Whittle IR. Case of penetrating orbitocranial injury caused by wood. Br J Ophthalmol. 1991 Jun;75(6):374-6. PubMed | Google Scholar

  14. Yamashita T, Mikami T, Baba T, Minamide Y, Sugino T, Koyanagi I et al. Transorbital intracranial penetrating injury from impaling on an earpick. J Neuroophthalmol. 2007 Mar;27(1):48-9. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 27 (May - August 2017)

Article tools

PDF in process
Log in to comment
Contact the corresponding author
Download to Citation Manager
EndNote
Reference Manager
Zotero
BibTex
ProCite


Rate this article

Altmetric

Popular articles in Case report

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved