Facteurs obstétricaux, infectieux et traumatiques associés à l’épilepsie dans la zone rurale de Bangoua (Ouest, Cameroun)
Kuate-Tegueu Callixte, Tsinkou Huguette Charlie, Kouemeni Lysette, Nguefack-Tsague Georges, Kaptue Lazare, Takougang Innocent
The Pan African Medical Journal. 2014;19:389. doi:10.11604/pamj.2014.19.389.4090

Create an account  |  Sign in
EPI Helina 2017
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Research

Facteurs obstétricaux, infectieux et traumatiques associés à l’épilepsie dans la zone rurale de Bangoua (Ouest, Cameroun)

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2014;19:389. doi:10.11604/pamj.2014.19.389.4090

Received: 27/02/2014 - Accepted: 12/12/2014 - Published: 18/12/2014

Mots clés: Epilepsie, Cameroun, facteur de risque, étiologie, Bangoua, zone rurale

© Kuate-Tegueu Callixte et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/19/389/full

Corresponding author: Kuate Tegueu Callixte, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales, Université de Yaoundé I, Cameroun (kuate.callixte@gmail.com)


Facteurs obstétricaux, infectieux et traumatiques associés à l’épilepsie dans la zone rurale de Bangoua (Ouest, Cameroun)

 

Kuate-Tegueu Callixte1,&, Tsinkou Huguette Charlie2, Kouemeni Lysette2, Nguefack-Tsague Georges1, Kaptue Lazare2, Takougang Innocent1

 

1Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales, Université de Yaoundé I, Cameroun, 2Institut Supérieur des Sciences de la Santé, Université des Montagnes, Bangangté, Cameroun

 

 

&Auteur correspondant
Kuate Tegueu Callixte, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales, Université de Yaoundé I, Cameroun

 

 

Résumé

Introduction: les étiologies des épilepsies sont très variées et résultent de la conjonction de facteurs génétiques, périnataux, les anomalies du développement cortical, et des lésions acquises du cortex cérébral. La présente étude a été conçue pour déterminer les facteurs obstétricaux, infectieux et traumatiques pouvant expliquer la prévalence élevée de l'épilepsie à Bangoua.

 

Méthodes: la présente étude cas-témoins a été réalisée dans la localité de Bangoua, département du Ndé, région de l'Ouest du Cameroun. Les patients épileptiques consentants et les témoins non épileptiques appariés selon l'âge et le sexe ont été recrutés du 4 août au 20 octobre 2008. Le diagnostic d'épilepsie était retenu lorsqu'un patient avait rapporté au moins deux crises d'épilepsie non provoquées au cours des deux dernières années.

 

Résultats: l'âge des patients variait de 6 à 65 ans avec une moyenne de 26,7 ± 10,6 ans. Le sexe masculin prédominait chez les patients épileptiques (54,3%). Plus de la moitié (57,1%) des patients épileptiques avaient des antécédents familiaux d'épilepsie et les atteintes infectieuses du système nerveux central étaient deux fois plus fréquentes (p=0,005) chez les participants épileptiques (38,6%) que chez les témoins (17,4%).

 

Conclusion: la présente étude a relevé que dans la localité de Bangoua, un antécédent familial d'épilepsie, le paludisme, une infection urinaire ou une éclampsie pendant la grossesse, un antécédent d'encéphalite sont des facteurs associés à l'épilepsie.

 

 

Introduction

L'épilepsie est une affection neurologique chronique qui touche près de 70 millions de personnes dans le monde [1, 2]. Près de 80% des malades sont rencontrés dans les pays en développement, avec des répercussions culturelles, économiques et sociales du fait des stigmas qui entourent son étiologie [1]. La maladie atteint 0,5 - 0,8% de la population, soit 1 sur 200 sujets [3]. Des taux élevés (2,2 à 58‰) sont rapportés dans certains foyers particuliers en Afrique [1]. Au Cameroun, l'épilepsie représente 10 à 16% des consultations en neurologie [4, 5]. Les étiologies des épilepsies sont très variées et résultent de la conjonction de facteurs génétiques, périnataux, d'anomalies du développement cortical, de lésions traumatiques crâniennes qui peuvent être cicatricielles, les maladies infectieuses, les tumeurs cérébrales, les accidents vasculaires cérébraux, les intoxications [6, 7]. L'épilepsie affecte le développement cognitif et constitue un frein au développement. Elle peut être à l'origine de handicap physique ou mental. Les données issues des formations sanitaires indiquent un nombre élevé de cas d'épilepsie dans le village de Bangoua. En 1995, une prévalence de 1,72% a été rapportée chez les patients consultant à l'hôpital de Bangoua, indiquant que cette localité est un foyer d'épilepsie [6]. Pour l'année 2012, les données hospitalières indiquent 147 nouveaux cas d'épilepsie sur 4044 patients consultés, dont une prévalence de 3,63%. Malgré les actions de sensibilisation faites par le personnel de santé, l'épilepsie reste pour la population locale une maladie mystérieuse, provoquée par le contact avec une plante, ou par la sorcellerie. La présente étude exploratoire a été conçue pour déterminer le niveau d'association entre les facteurs obstétricaux, infectieux et traumatiques et l'épilepsie à Bangoua.

 

 

Méthodes

La présente étude cas-témoins a été réalisée dans la localité de Bangoua, département du Ndé, région de l'Ouest du Cameroun. Le village de Bangoua est situé à 12 km de la ville de Bangangté. Il a une superficie de 74 km2 et est composé de 18 quartiers. La population estimée à 8000 habitants est majoritairement de l'ethnie Bamiléké. La collecte des données a été faite dans les quartiers de Bangoua, impliquant des patients identifiés à partir des registres hospitaliers. Les patients épileptiques consentants (n = 70), ainsi que leurs témoins non épileptiques appariés selon l'âge et le sexe ont été recrutés du 4 août au 20 octobre 2008. Les témoins de même sexe que les cas, d'âge ± 5ans, étaient choisis dans la même famille que les malades. Le diagnostic de l'épilepsie était retenu lorsqu'un patient avait rapporté au moins deux crises d'épilepsie non provoquées au cours des deux dernières années. Les patients inclus étaient des épileptiques connus vivant dans la localité de Bangoua. L'outil principal de collecte des données était une adaptation du questionnaire d'investigation de l'épilepsie dans les pays tropicaux [8]. Il comportait 30 questions couvrant les items relatifs aux caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, statut marital, profession), les antécédents familiaux et obstétricaux, les antécédents infectieux (méningite, encéphalite, onchocercose), les antécédents traumatiques de la région céphalique, le contact avec les animaux domestiques tels chien, chat, mouton, chèvre, porc pour l'exposition à la cysticercose. Un examen physique a été mené pour rechercher des cicatrices au niveau de la tête et des nodules, dépigmentation, dermite onchocerquiennes. L'histoire de problèmes obstétricaux à la naissance susceptibles de provoquer une atteinte du système nerveux central a également été recueillie.

 

Le consentement des patients ou celui de leur représentant légal (pour les mineurs) était assuré avant le recrutement. Les participants étaient informés du fait que les informations collectées étaient anonymes. Le protocole de l'étude avait obtenu la clairance du comité national d'éthique avant le début du recrutement. Les données catégorielles et ordinales ont été exprimées en pourcentage (%) et les variables quantitatives en moyenne ± écart-type. Les données ont été saisies, contrôlées et analysées grâce au logiciel EPI-Info version 5.3.1. Le test T de Student a été utilisé pour comparer les moyennes dans les deux groupes. Pour les variables qualitatives, la comparaison s'est faite avec le rapport des côtes (RC) et un intervalle de confiance à 95%. Le model logistique en analyse des données groupées a été utilisé pour Calculer les rapports de côtes ; les valeurs P y relatives ont utilisé le test de Fisher lorsque les observations attendues dans une cellule au moins étaient inférieures à 5 et le test de Chi-deux dans le cas contraire. Pour les variables ordinales, le test de tendance Cochran-Armitage test a été utilisé [9, 10]. Les valeurs-p inférieures à 5% étaient considérées statistiquement significatives.

 

 

Résultats

Les patients épileptiques (n=70) et les témoins non épileptiques (n=70) étaient tous de l'ethnie Bamiléké. L'âge des patients variait de 6 ans à 65 ans avec une moyenne de 26,7 ± 10,6 ans. La moyenne d'âge des témoins était de 30,6 ± 14,9 ans avec des extrêmes de 6 et 70 ans. La différence d'âge entre les patients épileptiques et les témoins n'était pas statistiquement significative (p=0,2) (Tableau 1). Le sexe masculin prédominait chez les patients épileptiques, représentant 54,3% contre 45,7% chez les témoins. La différence de sexe entre épileptiques et témoins n'était pas statistiquement significative (p=0,3).

 

Antécédents familiaux: plus de la moitié (57,1%) des patients épileptiques avaient des antécédents familiaux d'épilepsie. Parmi ceux-ci, 11,4% avaient deux des membres de leur famille qui étaient épileptiques et 10% avaient trois malades épileptiques ou plus (Tableau 2).

 

Antécédents obstétricaux: les antécédents obstétricaux étaient inconnus pour 38,6% des participants épileptiques et 28,6% des non-épileptiques. Chez les patients épileptiques, l'évolution de la grossesse avait été anormale dans 42,9% des cas. Pour les témoins, 25,7% avaient rapporté une pathologie pendant la grossesse (p= 0,0024). Les pathologies dont avaient souffert les mères de patients épileptiques étaient le paludisme (n= 10), un état de mal épileptique (n= 3), une infection urinaire (n= 8) ou une éclampsie (n= 3). Les médicaments consommés pendant la grossesse étaient des antiépileptiques (n= 9), des antibiotiques (n= 12), des antipaludéens (n= 15) ou des potions d'infusions de plantes locales non identifiées par l'équipe (n= 6) (Tableau 3).

 

Antécédents infectieux: les antécédents d'atteintes du système nerveux central étaient deux fois plus fréquents (p=0,005) chez les participants épileptiques (38,6%) que chez les témoins (17,4%) (Tableau 4). De même, les signes d'onchocercose étaient six fois plus fréquents chez les participants épileptiques (12,9% contre 2,9%). Le contact avec les porcs était plus fréquent chez des patients épileptiques (33%) que chez les témoins (27%) mais la différence n'était pas significative.

 

Antécédents de traumatisme crânio-encéphalique: les antécédents traumatiques crânio-encéphaliques étaient rapportés deux fois plus chez les participants épileptiques que chez les témoins (8,6% contre 4,3%). Pour 60% des sujets épileptiques, la première crise était survenue 6-24 mois après l'incident traumatique (Figure 1). La cause du traumatisme était une chute accidentelle (4,3%), un accident de la voie publique (2,9%), une bastonnade (1,4%). Les facteurs associés à l'épilepsie étaient la profession d'agriculteur ou d'éleveur et le statut de célibataire. Les potentiels facteurs de risque obstétricaux étaient le fait d'être né d'une grossesse d'évolution anormale. Les facteurs infectieux associés étaient un antécédent de méningite, d'encéphalite ou d'onchocercose.

 

 

Discussion

L'âge moyen des patients épileptiques (26,7 ans) relevé dans la présente étude est plus faible que ceux rapportés au Mali (29,5 ans) [11]. Elle est cependant plus élevée que celui rapporté dans la vallée du Mbam au Cameroun (17,7 ± 8,4 ans) [12]. Cette différence pourrait être liée au processus de sélection des participants à ces études. La prédominance du sexe masculin relevée dans la présente étude corrobore les résultats rapportés en Europe et dans les pays en développement [3, 13]. Pendant l'adolescence et l'âge adulte, les hommes sont plus exposés aux traumatismes crânio-encéphaliques à travers les activités de cueillette de fruits, le roulage des engins dont ceux à deux roues (motos taxis) et lors des jeux [3, 13].

 

Le taux élevé de sous-scolarisation chez les patients épileptiques comparativement aux témoins corrobore celui trouvé dans la vallée du Mbam, où seuls 6,7% des patients atteignent l'école secondaire [14]. Les épilepsies symptomatiques s'accompagnent de lésions cérébrales et par conséquent un retard mental et intellectuel à l'origine de l'exclusion scolaire. Par ailleurs, les tabous qui entourent l'épilepsie en Afrique poussent les familles à garder les enfants à la maison et quelques uns sont exclus de l'école en raison des crises et la peur d'une contagiosité [15]. Le fait que plus de la moitié des patients épileptiques (57,1%) aient au moins un patient épileptique dans la famille est en faveur d'un probable déterminant génétique de l'épilepsie à Bangoua. Un antécédent familial d'épilepsie était retrouvé chez 7,7-63,4% des patients en milieu rural au Cameroun [16], au Sénégal [17], en Ethiopie [18], au Kenya [19], et en Tanzanie [20]. L'analyse des facteurs génétiques dans les principaux syndromes épileptiques pourrait permettre d'élargir les connaissances sur l'épileptogenèse. Certains auteurs distinguent les épilepsies à hérédité mendélienne autosomique dominante, mendélienne autosomique récessive et les épilepsies à hérédité complexe [21]. L'identification des gènes à l'origine de l'épilepsie aura des implications pour le diagnostic, ou pour prédire la survenue des crises [22]. Dans le cadre de la présente étude, nous avons inclut les oncles, tantes, cousins, neveux et nièces. Il nous est difficile de savoir si l'agrégation de cas d'épilepsie dans une même famille est liée à des facteurs génétiques ou à l'exposition à un facteur de l'environnement familial. Des études génétiques supplémentaires dans les familles les plus atteintes seront nécessaires.

 

Le taux élevé des facteurs prénataux prédisposant chez les patients épileptiques par rapport aux témoins évoquerait une contribution des facteurs prénataux dans la survenue de l'épilepsie. Ces résultats se rapprochent de ceux d'une étude antérieure où une fièvre maternelle était prédominante dans la population épileptique [16]. La fréquence des naissances à domicile plus élevée chez les patients épileptiques que chez les témoins corrobore les résultats obtenus au Congo [23]. La naissance à domicile accroit le risque d'accouchement septique, pouvant causer des infections néonatales qui pourraient contribuer à la survenue d'une atteinte neurologique dont une épilepsie. Une fréquence élevée de prématurité [23], le retard du cri à la naissance, les anomalies de la voix, les crises néonatales et les méningites en période néonatale ont été rapportés comme facteurs prédisposant à la survenue de l'épilepsie [23, 24]. Une hypoxie néonatale est responsable d’une épilepsie ultérieure et le risque de survenue de l'épilepsie post anoxo-ischémique est fonction de facteurs environnementaux, d'une prédisposition génétique et de l'âge de survenue de l'anoxie [25].

 

Les maladies infectieuses dont la méningite en période néonatale ont été incriminées dans la survenue de l'épilepsie au Mali [11]. Les infections du SNC peuvent provoquer une épilepsie séquellaire. Les infections parenchymateuses (encéphalite virale, méningo-encéphalite bactérienne, abcès cérébraux) sont particulièrement épileptogènes [23]. L'antécédent d'onchocercose retrouvé 6 fois plus chez les patients épileptiques corrobore les observations réalisées au Cameroun [14, 26]. L'importance de l'onchocercose dans la survenue de l'épilepsie a fait l'objet de plusieurs investigations aux résultats discordants [27, 28]. Une méta-analyse de neuf études Africaines montre un risque relatif de 1,21(CI 95% 0,99-1,47 (p=0,06)) [28]. Cependant, une méta-analyse récente montre une association entre la maladie onchocerquienne et l'épilepsie. Ces auteurs indiquent qu'en moyenne, la prévalence de l'épilepsie est augmentée de 0,4% pour les 10% d'augmentation de la prévalence de l´onchocercose [29]. Le contact avec les porcs était présent chez 27,1% des patients épileptiques. Des observations non rapportées dans le présent travail font état de la quasi-absence de latrines et de la défécation humaine dans les porcheries. Ces pratiques courantes à Bangoua constituent des facteurs de risque associés à la transmission de Taenia solium, agent de la cysticercose porcine [30]. La neurocysticercose est connue comme déterminant de neuropathologies et donc de l'épilepsie [12, 27]. Une méta-analyse de 11 études Africaines montre un risque relatif de 3.4 à 3.8 (CI 95% 2.7-4.3; p < 0.001) de développer une épilepsie chez un patient souffrant de cysticercose [31].

 

Le taux élevé de traumatisme crânio-encéphalique chez les patients épileptiques par rapport aux témoins se rapproche des travaux du Laos [32]. Les traumatismes faisaient suite à une chute de hauteur et aux accidents domestiques [32]. Les épilepsies post traumatiques de la région crânienne peuvent être responsable de l'épilepsie par des mécanismes variés tels la contusion cérébrale, une fracture du crâne ou un hématome sous dural. La probabilité de survenue de l'épilepsie post traumatique augmente avec la gravité du traumatisme crânien et la présence de fracture du crâne au scanner [33]. Un monitoring continu par EEG est indispensable pour détecter les crises et/ou état de mal épileptique infra clinique après un traumatisme crânien, particulièrement chez les enfants de moins de 2 ans, ceux avec hémorragie intra-axiale au scanner et ceux avec agressions multiples [34].

 

 

Conclusion

La présente étude a relevé que dans la localité de Bangoua, un antécédent familial d'épilepsie, le paludisme, l’onchocercose, une infection urinaire ou une éclampsie pendant la grossesse, un antécédent d'encéphalite sont associés à l'épilepsie. Les antécédents de traumatisme crânio-encéphalique, d'onchocercose, de contact avec les porcs sont associés à un risque élevé d'épilepsie.

 

 

Conflits d’intérêts

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs

Innocent TAKOUGANG: Conception du travail, analyse des résultats, rédaction du manuscrit. Callixte KUATE-TEGUEU: Conception du travail, analyse des résultats, rédaction du manuscrit. Huguette Charlie TSINKOU: Recrutement des patients, rédaction du manuscrit. Lysette KOUEMENI: Analyse des résultats, rédaction du manuscrit. Georges NGUEFACK-TSAGUE: Analyse des résultats, rédaction du manuscrit. Lazare KAPTUE : Rédaction du manuscrit. Tous les auteurs déclarent également avoir lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Tableaux et figure

Tableau 1: caractéristiques socio-démographiques des patients et témoins

Tableau 2: répartition des patients épileptiques par famille

Tableau 3: antécédents obstétricaux des patients et témoins

Tableau 4: antécédents infectieux des patients et des témoins

Figure 1: délai d’apparition des signes d’épilepsie post traumatisme crânio-encéphalique

 

 

Références

  1. WHO, editor. Epilepsy in WHO African region: bridging the gap. Geneva: World Health Organization. 2004. PubMed | Google Scholar

  2. Ngugi AK, Bottomley C, Kleinschmidt I, Sander JW, Newton CR. Estimation of the burden of active and life-time epilepsy: a meta-analytic approach. Epilepsia. 2010 May;51(5):883-90. PubMed | Google Scholar

  3. Jallon P. Epilepsy in developing countries. Epilepsia. 1997 Oct;38(10):1143-51. PubMed | Google Scholar

  4. Kuate C, Mbahe S, Nguefack S, Bassong PY, Fonsah J, Fogang Y, et al. Étiologies et facteurs de risque des épilepsies de l'adulte: l'expérience de l'Hôpital Central de Yaoundé (Cameroun). Epilepsies. 2010;22(1):74-8. PubMed | Google Scholar

  5. Dongmo L, Mbonda E, Motso O, Mbede J. Epilepsie infantile à Yaoundé : analyse de 174 cas. Med Afr Noire. 1992;32(1):124-5. PubMed | Google Scholar

  6. Tchawo TR. Etude de cas d'épilepsie à l'Hôpital de Bangoua. Yaounde: University of Yaounde I. 1995. PubMed | Google Scholar

  7. Thomas P, Arzimanoglou A. Epilepsies. Paris: Abrégés Masson. 2003; 3rd ed. PubMed | Google Scholar

  8. Preux PM. [Questionnaire in a study of epilepsy in tropical countries]. Bull Soc Pathol Exot. 2000 Nov;93(4):276-8. PubMed | Google Scholar

  9. Cochran WG. Some methods for strenghtening the common chi-squared tests. Biometrics. 1954;10:417-51. PubMed | Google Scholar

  10. Armitage P. Tests for linear trends in proportions and frequencies. Biometrics. 1955;11(1):375-86. PubMed | Google Scholar

  11. Farnarier G, Diop S, Coulibaly B, Arborio S, Dabo A, Diakite M, et al. [Onchocerciasis and epilepsy, epidemiological survey in Mali]. Med Trop. 2000;60(2):151-5. PubMed | Google Scholar

  12. Dongmo L, Druet-Cabanac M, Moyou SR, Zebaze DR, Njamnshi AK, Sini V, et al. [Cysticercosis and epilepsy: a case-control study in Mbam Valley, Cameroon]. Bull Soc Pathol Exot. 2004 May;97(2):105-8. PubMed | Google Scholar

  13. Senanayake N, Roman GC. Epidemiology of epilepsy in developing countries. Bull World Health Organ. 1993;71(2):247-58. PubMed | Google Scholar

  14. Kamgno J, Pion SD, Boussinesq M. Demographic impact of epilepsy in Africa: results of a 10-year cohort study in a rural area of Cameroon. Epilepsia. 2003 Jul;44(7):956-63. PubMed | Google Scholar

  15. Njamnshi AK, Tabah EN, Yepnjio FN, Angwafor SA, Dema F, Fonsah JY, et al. General public awareness, perceptions, and attitudes with respect to epilepsy in the Akwaya Health District, South-West Region, Cameroon. Epilepsy Behav. 2009 Jun;15(2):179-85. PubMed | Google Scholar

  16. Njamnshi AK, Sini V, Djientcheu VP, al. Risk factors associated with epilepsy in a rural area in Cameroon: a preliminary study. Afican Journal of Neurological Sciences. 2007;26(2):18-26. PubMed | Google Scholar

  17. Collomb H, Girard PL, Konate S, Dumas M. L'épilepsie en milieu hospitalier à Dakar. Médecine d'Afrique Noire. 1976;23(5):299-304. PubMed | Google Scholar

  18. Tekle-Haimanot R. The pattern of epilepsy in Ethiopia: analysis of 468 cases. Ethiop Med J. 1984;22(3):113-18. PubMed | Google Scholar

  19. Ruberti RF, Mwinzi SM, Dekker N, Stewart JD. Epilepsy in the Kenyan African. African Journal of Neurological Sciences. 1985;4:1-3. PubMed | Google Scholar

  20. Rwiza HT, Kilonzo GP, Haule J, Matuja WB, Mteza I, Mbena P, et al. Prevalence and incidence of epilepsy in Ulanga, a rural Tanzanian district: a community-based study. Epilepsia. 1992 Nov-Dec;33(6):1051-6. PubMed | Google Scholar

  21. Moulard B, Crespel A, Malafosse A, Baldy-Moulinier M. [Recent insights about genetics of human idiopathic epilepsies and febrile seizures]. Rev Neurol (Paris). 2000 Oct;156(10):819-28. PubMed | Google Scholar

  22. Ottman R, Hirose S, Jain S, Lerche H, Lopes-Cendes I, Noebels JL, et al. Genetic testing in the epilepsies--report of the ILAE Genetics Commission. Epilepsia. 2010 Apr;51(4):655-70. PubMed | Google Scholar

  23. Senga P, Mayanda HF, Nzingoula S. [Profile of convulsions in infants and young children in Brazzaville (Congo)]. Ann Pediatr (Paris). 1985 May;32(5):477-80. PubMed | Google Scholar

  24. Nelson KB, Ellenberg JH. Predisposing and causative factors in childhood epilepsy. Epilepsia. 1987;28 Suppl 1:S16-24. PubMed | Google Scholar

  25. Leonard AS, Hyder SN, Kolls BJ, Arehart E, Ng KC, Veerapandiyan A, et al. Seizure predisposition after perinatal hypoxia: effects of subsequent age and of an epilepsy predisposing gene mutation. Epilepsia. 2013 Oct;54(10):1789-800. PubMed | Google Scholar

  26. Boussinesq M, Pion SD, Demanga N, Kamgno J. Relationship between onchocerciasis and epilepsy: a matched case-control study in the Mbam Valley, Republic of Cameroon. Trans R Soc Trop Med Hyg. 2002 Sep-Oct;96(5):537-41. PubMed | Google Scholar

  27. Preux PM, Druet-Cabanac M. Epidemiology and aetiology of epilepsy in sub-Saharan Africa. Lancet Neurol. 2005 Jan;4(1):21-31. PubMed | Google Scholar

  28. Druet-Cabanac M, Boussinesq M, Dongmo L, Farnarier G, Bouteille B, Preux PM. Review of epidemiological studies searching for a relationship between onchocerciasis and epilepsy. Neuroepidemiology. 2004 May-Jun;23(3):144-9. PubMed | Google Scholar

  29. Pion SD, Kaiser C, Boutros-Toni F, Cournil A, Taylor MM, Meredith SE, et al. Epilepsy in onchocerciasis endemic areas: systematic review and meta-analysis of population-based surveys. PLoS Negl Trop Dis. 2009;3(6):e461. PubMed | Google Scholar

  30. Shey-Njila O, Zoli PA, Awah-Ndukum J, Nguekam, Assana E, Byambas P, et al. Porcine cysticercosis in village pigs of North-West Cameroon. J Helminthol. 2003 Dec;77(4):351-4. PubMed | Google Scholar

  31. Quet F, Guerchet M, Pion SD, Ngoungou EB, Nicoletti A, Preux PM. Meta-analysis of the association between cysticercosis and epilepsy in Africa. Epilepsia. 2010 May;51(5):830-7. PubMed | Google Scholar

  32. Tran DS, Odermatt P, Le TO, Huc P, Druet-Cabanac M, Barennes H, et al. Prevalence of epilepsy in a rural district of central Lao PDR. Neuroepidemiology. 2006;26(4):199-206. PubMed | Google Scholar

  33. Annegers JF, Grabow JD, Groover RV, Laws ER, Jr., Elveback LR, Kurland LT. Seizures after head trauma: a population study. Neurology. 1980 Jul;30(7 Pt 1):683-9. PubMed | Google Scholar

  34. Arndt DH, Lerner JT, Matsumoto JH, Madikians A, Yudovin S, Valino H, et al. Subclinical early posttraumatic seizures detected by continuous EEG monitoring in a consecutive pediatric cohort. Epilepsia. 2013 Oct;54(10):1780-8. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 26 (Jan - Apr 2017)

Article tools

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved