Eczéma de contact allergique au gel d’échographie : à propos d’un cas
Nadia Fihmi, Abdelhafid Elmrahi, Siham Dikhaye, Nada Zizi
The Pan African Medical Journal. 2014;19:129. doi:10.11604/pamj.2014.19.129.3660

Create an account  |  Sign in
PAMJ Conf Proceedings PAMJ Conf Proceedings
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case report

Eczéma de contact allergique au gel d’échographie : à propos d’un cas

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2014;19:129. doi:10.11604/pamj.2014.19.129.3660

Received: 01/12/2013 - Accepted: 17/02/2014 - Published: 06/10/2014

Mots clés: Eczéma de contact allergique, gel d´échographie, tests épicutanés

© Nadia Fihmi et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/19/129/full

Corresponding author: Nada Zizi, Service de Dermatologie, CHU Mohamed VI, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Oujda, Maroc (nadazizi@hotmail.com)


Eczéma de contact allergique au gel d’échographie : à propos d’un cas

 

Nadia Fihmi1, Abdelhafid Elmrahi1, Siham Dikhaye1, Nada Zizi1,&

 

1Service de Dermatologie, CHU Mohamed VI, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Oujda, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Nada Zizi, Service de Dermatologie, CHU Mohamed VI, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Oujda, Maroc

 

 

Résumé

Le gel d'échographie est un gel utilisé en échographie pour la transmission ultrasonique médicale, il est connu par la plupart des cliniciens pour ces avantages d'être un gel non gras, non irritant, hypoallergénique, incolore et inodore. Cependant, ce gel peut être responsable de la survenue d'un eczéma de contact allergique après son application. Nous rapportons le cas d'une jeune fille qui a présenté une dermite de contact allergique quarante huit heures après la réalisation d'une échographie cervicale.

 

 

Introduction

Les eczémas de contact, encore appelés dermatites de contact, sont des maladies inflammatoires cutanées fréquentes qui surviennent au site de contact avec des molécules chimiques non protéiques. D'exceptionnelles manifestations cutanées allergiques peuvent être observées après application d'un gel d'échographie, nous rapportons une nouvelle observation.

 

 

Patient et observation

Une jeune fille de 17 ans sans antécédents pathologiques notables, notamment pas de dermatite atopique, et il n'y a pas d'antécédents familiaux d'atopie. Elle avait consulté pour une éruption érythémateuse prurigineuse siégeant au niveau du cou survenant 48 heures après application d'un gel de contact pour échographie cervicale. L'interrogatoire ne mettait pas en évidence de prise médicamenteuse ni d'exposition solaire ni application d'un cosmétique ou d'un parfum. À l'examen clinique on notait un placard érythémato-squameux à bords émiettés siégeant au niveau de la partie supérieure de la région cervicale antérieure (Figure 1, Figure 2). L'état général était conservé, il n'y avait pas de fièvre ni adénopathie papable. L'aspect clinique, les délais d'apparition et la localisation ont fait évoquer le diagnostic d'une allergie au gel d'échographie (Supragel*). La patiente a refusé l'exploration allergologique par patch-tests et aucun test allergologique n'a été effectué. Elle a été traitée par un dermocorticoïde de classe III à raison d'une application par jour pendant une semaine, puis un jour sur deux pendant la seconde semaine. Les signes cutanés locaux ont régressé en quelques jours avec bonne évolution clinique.

 

 

Discussion

L'eczéma allergique de contact (EAC) est une cause majeure des eczémas, il s'agit d'une dermatose inflammatoire dont la prévalence est en constante augmentation. Elle correspond à une réaction immunitaire d'hypersensibilité retardée (HSR) de type IV d'après la classification de Gell et Coombs induite suite au contact répété des individus avec des produits chimiques non protéiques, appelées haptènes, qui sont présents dans notre environnement quotidien : domestique, professionnel et médical [1].

 

La dermatite de contact allergique (DCA) est causée par une gamme importante de substances chimiques (allergènes potentiels) après un contact prolongé ou répété avec la peau. La fréquence des accidents allergiques par application de gel pour examen échographique qui est de nos jours la technique d'imagerie la plus utilisée [2] serait très faible, quelques cas ont été cependant rapportés dans la littérature (Tableau 1) [3- 6].

 

Ces lésions correspondent à une dermite de contact par hypersensibilité à l'un des composants du gel à savoir les conservateurs dont le plus souvent en cause serait le propylène glycol qui n'est pas retrouvé dans la composition de tous les gels, les gélifiants, les stabilisateurs et les colorants [3]. Schématiquement, cet eczéma survient dans quarante huit à soixante douze heures environ après le contact comme l'illustre notre cas, sauf s'il s'agit d'une primo-sensibilisation dans ce cas, le temps d'apparition de l'eczéma avoisine les dix jours [7]. La localisation cervicale s'oriente plus vers une allergie aux cosmétiques, aux vernis à ongles, aux produits volatils (parfums, peintures, végétaux); ce qui n'est pas le cas de notre patiente qui a développé la réaction cutanée suite à l'application d'un gel pour échographie cervicale, ceci suppose que l'interrogatoire est un élément très important de l'enquête étiologique.

 

L'isolement de l'allergène n'est pas toujours possible du faite de la composition variée du gel et surtout la concentration de ces divers constituants. Le Supragel est constitué d'eau purifiée, glycol-polyacrylate dont Le pouvoir sensibilisant est très controversé et le potentiel irritant varie suivant les acrylates [8], La batterie standard ne contenant pas d'acrylates,ne sont donc testés que les patients chez lesquels l'anamnèse fait suspecter une exposition professionnelle ou domestique aux acrylates. La responsabilité de glycol-acrylate , n'a pas pu être mise en évidence dans notre observation du faite du refus de la patiente de faire les patch test cutanés par manque de moyen. Le traitement symptomatique repose sur l'application de corticoïdes locaux et l'éviction de l'allergène qui est une condition indispensable à la guérison.

 

 

Conclusion

L'allergie de contact au gel d'échographie qui est largement utilisé reste rare mais doit être connue en raison de l'importance des réactions cliniques qui peuvent être très pénibles pour les patients et les médecins devraient être conscients de cette possibilité car, il peut affecter davantage la gestion médicale. La prévention des récidives consiste à utiliser un autre gel lors des échographies ultérieures après avoir isolé l'allergène responsable.

 

 

Conflits d’intérêts

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs

Tous les auteurs ont contribué à la conduite de ce travail, ils déclarent également avoir lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Tableau et figures

Tableau 1 : cas rapportés dans la littérature d’eczéma de contact au gel d’échographie

Figure 1 : palacard érythémato-squameux à bords émiettés siégeant au niveau de la partie supérieure de la région cervicale antérieure

Figure 2 : plaques érythémato-squameuses sur la zone de contact avec le gel d’échographie cervicale

 

 

Références

  1. Vocanson M, Hennino A, RozièresA, Poyet G, Nicolas JF. Les modèles expérimentaux d'eczéma de contact. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique. 2007 ; 47(4) : 314-317. PubMed | Google Scholar

  2. Chalouhi GE, Salomon LJ, Marelle P, Bernard JP, Ville Y. Hygiène en échographie endocavitaire gynécologique et obstétricale en 2008. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction. 2009 ; 38(1) : 43-50. PubMed | Google Scholar

  3. Bourlrt P, Ravel A, Oiko-alaux VB, Beyvin AJ, Boyer L, Viallet JF. Dermite de contact allergique au gel d'échographie à propos d'une observation. JEMU Masson, paris. 1997 ; 18 (N° 1) : 51-52. PubMed | Google Scholar

  4. Ripert C, Leleu C, Boulitrop C, Bel B, Jeudy G, Dalac-Rat S, Vabres P, Collet E. Allergie de contact aux isothiazolinones : il n'y a pas que les cosmétiques ! Annales de Dermatologie et de Vénéréologie. December 2012 ; Volume 139 (Issue 12), Supplement : Pages B123. PubMed | Google Scholar

  5. Horiguchi Y, Honda T, Fujii S, Matsushima S, Osaki YA. Case of allergic contact dermatitis from propylene glycol in an ultrasonic gel, sensitized at a leakage skin injury due to transcatheter arterial chemoembolization for hepatocellular carcinoma. Int J Dermatol. 2005 Aug; 44(8):681-3. PubMed | Google Scholar

  6. Khan IJ, Azam NAM, Goya R l and Nabi NU. Contact urticaria to ultrasonic gel. Eye. 2007; 21(7): 1016. PubMed | Google Scholar

  7. CEDEF. Item 114 -Allergies cutanéo-muqueuses chez l'enfant et l'adulte : eczéma de contact. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie. 2012 ; 139(Supplément 3, N°11S) : 78-84. PubMed | Google Scholar

  8. Dermatoses professionnelles aux résines polyacrylates et polyméthacrylates, Documents pour le médecin du travail. 3 trimestres 2001. Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 27 (May - August 2017)

Article tools

Rate this article

Altmetric

Popular articles in Case report

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved