Le syringocystadénome des grandes lèvres : une rare dermatose génitale
Douhi Zakia, Mernissi Fatima Zahra
The Pan African Medical Journal. 2014;18:285. doi:10.11604/pamj.2014.18.285.5037

Create an account  |  Sign in
EPI Helina 2017
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Images in medicine

Le syringocystadénome des grandes lèvres : une rare dermatose génitale

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2014;18:285. doi:10.11604/pamj.2014.18.285.5037

Received: 14/07/2014 - Accepted: 03/08/2014 - Published: 10/08/2014

Mots clés: Syringocystadénome, grandes lèvres, dermatose génitale

© Douhi Zakia et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/18/285/full

Corresponding author: Douhi Zakia, Service de Dermatologie-Vénérologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc (drzakia1@hotmail.com)


Le syringocystadénome des grandes lèvres : une rare dermatose génitale

 

Douhi Zakia1,&, Mernissi Fatima Zahra1

 

1Service de Dermatologie-Vénérologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Douhi Zakia, Service de Dermatologie-Vénérologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc

 

 

Image en médecine

Les syringocystadénomes papillifères sont des tumeurs annexielles bénignes à différenciation apocrine apparaissant le plus souvent sur le cuir chevelu en association avec un nævus sébacé. Ces lésions peuvent également s'observer isolément dans la région axillaire et inguinale, comme c'est le cas de notre patiente. Ce sont des lésions papuleuses de petite taille, translucides, ombiliquées, parfois suintantes et croûteuses. Le diagnostic clinique est souvent confondu avec un molluscum contagiosum, une verrue, une lésion inflammatoire. A l'histologie, on trouve une lésion kystique profondément invaginée dans le derme et s'abouchant à la surface, tapissée de végétations endoluminales à double assise cellulaire et à différenciation apocrine. Le stroma est riche en plasmocytes. L'évolution de cette lésion est progressive et présentant souvent des poussées inflammatoires et parfois une surinfection. Le traitement est chirurgical. Nous rapportons le cas d'une patiente de 42 ans, ayant reçu il y a 7 ans un traitement à base de radio-chimiothérapie pour un carcinome épidermoide du col utérin, qui consulte pour des lésions asymptomatiques au niveau des grandes lèvres évoluant depuis 3 ans. L'examen clinique révèle la présence de multiples papules translucides et rosés au niveau des grandes lèvres avec une pachydermie pubienne. L'examen dermoscopique a objectivé une zone centrale rouge avec une collerette épidermique blanchâtre périphérique. La patiente a bénéficié d'une biopsie qui a confirmé le diagnostic.

Figure 1: A, B) Multiples papules translucides et rosés au niveau des grandes lèvres, de consistance ferme, indolore avec une pachydermie pubienne post radique; C,D) Aspect dermoscopique des lésions : zone centrale rouge avec une collerette épidermique blanchâtre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 27 (May - August 2017)

Article tools

This article authors

On Pubmed
On Google Scholar

Navigate this article

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved