Insensibilité congénitale à la douleur
Kawtar Inani, Fatimazahra Mernissi
The Pan African Medical Journal. 2014;18:197. doi:10.11604/pamj.2014.18.197.4753

Create an account  |  Sign in
Case studies in Public health Supplement 2 Supplement
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Images in medicine

Insensibilité congénitale à la douleur

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2014;18:197. doi:10.11604/pamj.2014.18.197.4753

Received: 04/06/2014 - Accepted: 30/06/2014 - Published: 05/07/2014

Mots clés: Insensibilité congénitale à la douleur, neuropathies héréditaires

© Kawtar Inani et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/18/197/full

Corresponding author: Kawtar Inani, Service de Dermatologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc (docteurkawtar@gmail.com)


Insensibilité congénitale à la douleur

 

Kawtar Inani1,&, Fatimazahra Mernissi1

 

1Service de Dermatologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Kawtar Inani, Service de Dermatologie, CHU Hassan II, Fès, Maroc

 

 

Image en médecine

L'insensibilité congénitale à la douleur (ICD), est une affection rare de transmission autosomique récessive, caractérisée par une absence congénitale de la perception de la douleur. Elle a été décrite pour la première fois en 1932 par DEARBORN, elle constitue le type V des neuropathies héréditaires sensitives et autonomiques (HSAN :hereditary sensory and autonomic neuropathies). Cette pathologie est caractérisée par l'absence de réaction à la douleur, l'absence d'anomalies neurologiques avec la présence d'automutilations. Le diagnostic différentiel se pose avec les autres types des HSAN. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer la pathogénie de cette pathologie, dont la présence d'une mutation du Nav1.7 codée par le gène SCN9A situé sur le chromosome 2q24.3, responsable de l'incapacité à ressentir la douleur. Nous rapportons l'observation d'un adolescent de 15 ans, issu d'un mariage consanguin, unique de ses parents, et sans notion de cas similaire dans la famille, qui présente depuis l'âge de 4 mois une insensibilité à la douleur, la notion de mutilations post-traumatiques, ainsi qu'un retard psychomoteur. Et chez qui l'examen trouvait une absence des troisièmes phalangettes des deux mains, et des gros orteils, ainsi qu'un mal perforant plantaire au niveau du talent gauche. L'examen neurologique notait un respect de la sensibilité tactile, vibratoire, et thermale avec présence des reflexes tendineux. La prise en charge reposait sur des soins réguliers du mal perforant plantaire, ainsi qu'une sensibilisation de l'enfant et de sa famille sur les mesures d'éviction des traumatismes.

Figure 1 : A) mutilation des dernières phalangettes; B) mutilation du gros orteil gauche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 28 (September - December 2017)

Article tools

This article authors

On Pubmed
On Google Scholar

Navigate this article

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics
Next abstract

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved